Goodvest, l'épargne responsable !

Jan 07, 2021

Antoine Bénéteau, ingénieur Efrei Paris [Promo 2019], est le cofondateur de Goodvest, une solution d'épargne qui permet d'investir de manière responsable en fonction de ses valeurs. Nous sommes allés à sa rencontre pour en connaitre davantage sur sa start-up.
 

 

Que propose votre start-up, Goodvest ?

 

"Chez Goodvest, nous proposons une solution d’épargne pour vous permettre d’investir dans des thèmes en accord avec vos valeurs. Nous avons ainsi conçu 6 thèmes différents, tournant tous autour du développement durable.

Sur notre plateforme, il vous est donc possible d'investir dans la transition énergétique, les énergies vertes, l’égalité des genres, l’eau, les pays émergents et la santé.

En plus de cela, nous sommes la première gestion pilotée 100% responsable, et proposons uniquement des fonds labellisés ISR ou bien Greenfin.

 

Nous visons également à démocratiser l'investissement responsable. Ainsi, afin de renforcer l'accessibilité, l’ouverture d’un compte se fera en quelques minutes seulement, aussi bien depuis un ordinateur qu’un mobile, avec des frais et un minimum d’investissement parmi les plus accessibles du marché.

 

Enfin, nous voyons comme primordial le fait d’être le plus transparent possible, que cela soit sur l’empreinte carbone de nos fonds actions, sur leur composition que sur les frais."

 

 

 

 

Comment est née l’idée de développer cette solution ?
 

"La conception de ce projet partait d’un chiffre de l’ONU : 2400 milliards de dollars. C’est le montant qu’il faudrait investir chaque année dans la transition énergétique. Nous nous sommes alors demandé comment était-il possible d’atteindre cet objectif quand moins de 5% des Français ont un placement responsable dans leur épargne. Ce n’est pourtant pas dû à une absence d’intérêt pour le sujet, puisqu’une étude a révélé que 65% de Français et 80% de millenials souhaitent avoir une épargne responsable.
 

Nous en avons alors déduit qu’il existe un réel problème d’accessibilité à l’ISR en France. Les épargnants n’ont ainsi d’autres alternatives que d’investir leur épargne dans des projets qui ne sont pas en adéquation avec leurs valeurs.
 

Alors en mars dernier, nous avons décidé de créer la solution à ce problème. Et c’est ainsi que Goodvest est né.

Nous avons monté le projet à deux. J’ai commencé ma carrière chez KPMG, en tant que consultant avant de m’associer avec Joseph Choueifaty, qui est diplômé de l’EHL Lausanne et du master X-HEC entrepreneur."
 

 

Qui vous accompagnent pour développer ce projet ?

 

"Nous sommes accompagnés par plusieurs experts, qui nous ont aidés dans la conception de notre projet. Nous pouvons par exemple citer Yves Choueifaty, fondateur de TOBAM, Emma France, experte des sujets ESG ou encore Jérémy Tubiana, spécialiste des fonds cotés."

 

 

A quel stade en est votre start-up ?

 

"Nous sommes encore en phase de pré-lancement. Toutefois, notre offre est finalisée, nous avons obtenu la certification de l’AMF et sommes immatriculés en tant que courtier assurance-vie à l’ORIAS. Ainsi, nous avons pu ouvrir nos pré-inscriptions, gratuites et sans engagement, au début de l’été et elles dépassent aujourd’hui le nombre de 1000, avec une intention d’épargne avoisinant les 5 millions d’euros.

Nous prévoyons donc le lancement du projet pour début 2021 et sommes convaincus que l’investissement responsable va devenir la nouvelle norme."


 

Quels sont les atouts, selon vous, de la formation de l'école pour l’entrepreneuriat ?

 

"La formation de l'école est sans aucun doute une très bonne base pour créer une entreprise et notamment une Fintech. Depuis le début de Goodvest, j'ai personnellement utilisé une multitude de compétences issues de ma formation à l’Efrei. Que ce soit pour les matières managériales ou techniques, j'ai une base qui me permet de répondre rapidement aux problèmes ou de savoir où aller pour obtenir une réponse."

 

 

Est-ce que l’idée d’être entrepreneur vous habitait depuis longtemps ?

 

"Depuis plusieurs années, je pense à l'entrepreneuriat. Je n'ai pas eu l'occasion de le faire avant Goodvest et aujourd'hui, j'ai enfin l'occasion de mettre à disposition une solution que nous avons imaginée. C'est assez entraînant et chaque jour qui passe est un nouveau défi pour moi personnellement et pour l’équipe de Goodvest."

 

Les entretiens d'Esteval

Coup Franc

 


Other news